Histoire

Histoire

Notre église a une histoire

L’histoire de l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas commence au XIIe siècle, vers 1180, lorsque des frères hospitaliers venus d’Altopascio (traduit par « Haut-Pas »), en Toscane, s’installent au faubourg Saint-Jacques où ils se consacrent aux soins pour les pauvres, les malades et les pèlerins de Compostelle.

Après des débuts modestes, des dons leur permettent d’acquérir des maisons voisines puis de construire un hôpital et une chapelle, bénie en 1360, qui accueille aussi les fidèles du quartier.

En 1572, Catherine de Médicis y installe les Bénédictins de Saint-Magloire remplacés par la suite par le séminaire des Oratoriens.
La cohabitation avec les religieux n’étant pas facile, les habitants souhaitent avoir leur propre chapelle. En 1582, ils obtiennent de l’évêque la construction de celle-ci. On y entrait alors par l’ouest (côté Luxembourg).

Au XVIIe siècle, la proximité des couvents (dominicains, visitandines, carmélites, religieuses de Port-Royal), attire une population noble plus fortunée en quête de spiritualité.
Les dons, ceux de Monsieur, frère du Roi, et de la Duchesse de Longueville, permettent l’avancement des travaux auxquels les ouvriers contribuent gratuitement un jour par semaine.

En 1630, pour agrandir la chapelle, on lui ajoute un choeur de style gothique tardif du côté de l’ancienne entrée.
En 1675, sous la direction de Daniel Gittard, (auteur du choeur de Saint-Sulpice), la première nef vétuste est abattue et reconstruite ainsi qu’une nouvelle façade sur la rue Saint- Jacques. Sous le patronage de saint Jacques et saint Philippe, la nouvelle église est consacrée le 6 mai 1685 en présence de Fléchier (évêque de Nîmes) et de Fénelon.

La chapelle de la Vierge est construite en 1687 sur les plans de Libéral Bruant. La voûte décorée de peintures d’Auguste Glaize (élève de Devéria) illustre les Litanies de la Vierge.

Au XVIIIe siècle, Jean-Denis Cochin (curé de 1756 à 1783) contribue au renouveau liturgique de sa paroisse et fonde, faubourg Saint-Jacques, l’hôpital qui porte aujourd’hui son nom. Au XIXe siècle, l’embellissement de l’église se poursuit grâce à la générosité des paroissiens (décoration de la chapelle Saint-Pierre grâce à la famille Baudicour).

Saint-Jacques du Haut-Pas possède deux orgues : le grand orgue provenant de Saint- Benoît-le-Bétourné, installé en 1792, et l’orgue de choeur « Cavaillé-Coll », don de la famille Erlanger. Le 28 février 1948, en présence de Mgr Roncalli (futur Jean XXIII) sont célébrées les obsèques de Franz Stock, recteur de la paroisse allemande, aumônier des résistants prisonniers, apôtre de la réconciliation franco-allemande.

Après le concile Vatican II (1962-1965), un nouvel aménagement de l’intérieur est réalisé sous l’impulsion du père Daniel Pézeril (curé 1960-1966).
L’autel, la croix et l’ambon, dûs au sculpteur Léon Zack, prennent place à la croisée du transept.

Après le ravalement intérieur, réalisé de 1992 à 1995 par la Ville de Paris, les tableaux restaurés retrouvent leur place dans l’église et dans la sacristie.